Suivez-nous sur Twitter et Facebook




Suivez nous sur ,
sur Facebook ou en vous inscrivant sur le blog (colonne de droite)
Envoyez nous un mail pour recevoir nos catalogues.
Ce site ne regroupe qu'une partie de notre stock. Le stock complet est visible en cliquant ici.

mercredi 4 septembre 2019

Fénelon, Les aventures de Télémaque - 1812


François de Salignac de la Mothe-Fénelon, dit Fénelon, Les aventures de Télémaque.


Londres, White, Cochrane & Co, 1812. 2 volumes in-8, LXXI-289p & [2]-434p.

Nouvelle édition illustrée d’un frontispice d’après Vivien et de 24 planches par Manceau. L’exemplaire est enrichi de 39 gravures supplémentaires, dont 1 frontispice et 25 planches gravées par Robert de Launay d’après les dessins de Charles Monnet (une deux états, avant et après la lettre – T.II, 269 –, planches contrecollées sur vergé fort), 12 planches par Clément-Pierre Marillier et un portrait en médaillon par E Desrochers.
Exemplaire imprimé sur beau papier vélin.

Exemplaire enrichi de deux rares L.A.S. de Fénelon offertes par Jules Van Praet à Ferdinand Baeyens en 1880 (l’exemplaire contient la lettre de Van Praet jointe aux lettres de Fénelon et une lettre explicative de Baeyens) :
·         21 septembre 1703 : 2p in-4 avec adresse et cachet de cire aux armes au dos du 2e feuillet. Adressée au chanoine Philippe-Charles Robert, chanoine de Leuze à Mons (Belgique), ami de Port-Royal. Intéressante lettre dont une partie concerne la conduite des supérieurs envers les inférieurs et des inférieurs envers les supérieurs. « Je n’aime que la douceur et je voudrais n’employer que les moyens de persuasion ». La seconde partie mentionne, sans le nommer, le père Quesnel. « On a compris par les lettres que votre ami devait me venir voir ». En effet, ce projet de rencontre, qui s’était su, avait provoqué une enquête à laquelle Fénelon avait aussitôt réussi à mettre fin, peut-être grâce à son sermon du 31 juillet 1703. « On m’a demandé ce que c’était, et j’ai répondu ingénument d’une manière qui décharge pleinement sur ce point vous et vos amis ainsi ce n’est plus un mystère ». Il invite donc à nouveau Robert à Cambrai, en octobre. 
Cette lettre est fameuse et est éditée depuis longtemps dans les œuvres et correspondances de Fénelon (mal datée toutefois – 2 septembre au lieu de 21 septembre). On la retrouve ainsi dès 1787 (Œuvres, Tome I, p.566), en 1827 (Correspondance, T.II, p.454, lettre n°90), en 1837 (La vraie et solide vertu sacerdotales recueillie des œuvres de Fénelon par Dupanloup, p.629). Elle porte aujourd’hui le n°935 de la correspondance.
Provenances : M. Dubois (vente Charavay, 1866, n°59) ; Laurent Veydt (1800-1877) (vente Charavay, 1878, n°420) ; Jules Van Praet (1806-1887) ; Ferdinand Baeyens (1837-1914).
·         10 décembre 1711 : 1p in-4. Adressée au prieur des Augustins d’Enghien, vraisemblablement Jacques Ignace van Bossuyt (1669-1727). La teneur de la lettre pourrait laisser supposer que le prieur ne l’est que depuis peu et on sait jusque que Bossuyt devient prieur avant 1715.
Elle ne porte pas de numéro dans la correspondance, marquée uniquement « p.m. » (entre n°1510 & 1511). A propos d’un jugement que Fénelon ne peut empêcher. Il va écrire au doyen de Chevres (?) afin que son correspondant puisse s’accommoder avec le doyen d’Enghien pour un « salut [du Saint Sacrement] avec l’exposition du S. Sacrement ».
Provenances : Laurent Veydt (1800-1877) (vente Charavay, 1878, n°424) ; Jules Van Praet (1806-1887) ; Ferdinand Baeyens (1837-1914).

Reliure signée Paul-Joseph Claessens (1861-1909), relié selon toute logique pour Baeyens, plein maroquin vert bouteille, dos à nerfs très décoré, triple filet sur les plats, double filet sur les coupes, dentelle en bordure des contreplats, tranches dorées, étui papier. Rousseurs claires, mors supérieur du tome 1 craquelé sur 1 cm.

Magnifique exemplaire enrichi de deux très rares lettres.
Prix : 5000 euros.