Suivez-nous sur Twitter et Facebook




Suivez nous sur ,
sur Facebook ou en vous inscrivant sur le blog (colonne de droite)
Envoyez nous un mail pour recevoir nos catalogues.
Ce site ne regroupe qu'une partie de notre stock. Le stock complet est visible en cliquant ici.

samedi 1 janvier 2011

[Alchimie] Sainte-Colombe - Lettre sur la Pierre philosophale - 1756 - EO rare

Etienne-Guillaume Colombe, dit de Sainte-Colombe, Lettre sur la Pierre philosophale contre les procédés ruineux des souffleurs, ou essai philosophique, sur la Médecine universelle, & sur la transmutation des Métaux.
Leïpsic & se vend à Paris, Cailleau, 1756. In-12, 68p.




Edition originale et unique de ce curieux petit ouvrage. De l'auteur, on sait peu de chose. Né le 3 janvier 1725 au château de Baye dans la Marne, il publia plusieurs petites pièces à partir de 1764.
Ce livre est donc une lettre qui a pour départ L'Eloge de la Folie d'Erasme, dans sa nouvelle édition publiée à Leipzig avec des estampes d'Eisen. En effet, l'une d'elle représente un laboratoire de Chymie. « Vous pouvez bien penser que Ch. Eisen n'a pas laissé échapper l'occasion de jeter sur cette peste philosophique le ridicule qu'elle s'est si justement acquise. » Il qualifie même les souffleurs de Spectres ambulans, de prétendus Philosophes et dit avoir participé à leurs tentatives ratées. Il est donc clairement contre les alchimistes et la Médecine universelle, et croit leur recherche de l'immortalité vaine.




Cet ouvrage, quoique contre les alchimistes, porte sur sa dernière page la mention « Le même libraire vend la Bibliothèque des Philosophes Alchimiques ou Hermétiques... », preuve que malgré les attaques de Sainte-Colombe, les alchimistes et hermétistes éprouvèrent un intérêt pour cet ouvrage.
Cet ouvrage n'est référencé en France qu'au Muséum d'Histoire Naturelle à Paris. On en connaît trois autres exemplaires en Suède (National Librairy) et aux USA (New York Public Librairy & University of Wisconsin)



Reliure plein vélin rigide moderne, pièce de titre. Quelques rousseurs, dix derniers feuillets en partie un peu roussis (mouillure ancienne). Notes manuscrites en marge d'une page et sur le dernier feuillet.

Références :
  • Barbier, Dictionnaire des ouvrages anonymes. 9828.
  • Pierre M. Coulon, Le siècle des Lumières - bibliographie chronologique. 56:1258.
  • Duveen, Alchemica et chemica. 524.
  • Quérard, La France littéraire. II, 256.

Ouvrage d'une grande rareté.
VENDU