Suivez-nous sur Twitter et Facebook




Suivez nous sur ,
sur Facebook ou en vous inscrivant sur le blog (colonne de droite)
Envoyez nous un mail pour recevoir nos catalogues.
Ce site ne regroupe qu'une partie de notre stock. Le stock complet est visible en cliquant ici.

samedi 1 janvier 2011

[Elzevier] La Calprenède - Faramond ou l'histoire de France - 1664-1670 - EO Elzévirienne


La Calprenède, Gautier de Costes sieur de, Faramond ou l’histoire de France. Amsterdam, jouxte la copié imprimée à Paris, chez Antoine de Sommaville (tomes 1 à 9), Pierre Traboüillet (10), Jean Ribou (11) et Thomas Jolly (12), 1664 à 1670.
In-8, 160*100mm, 12 tomes de 340 à 408 pages, chaque tome ayant un frontispice.





Cette série parut pour la première fois de 1661 à 1670, et est un roman inachevé de La Calprenède. En effet, les sept premiers volumes parurent en 1661 mais il n’y eut pas de suite à sa mort en 1663. Ces sept volumes furent réimprimés, sur les presses elzéviriennes, en 1664. Ce fut Pierre d’Ortigues de Vaumorière (1610-1693) qui écrivit la suite, qui parut en cinq tomes de 1665 à 1670, simultanément en France pour l’originale, et à Amsterdam pour l’originale elzévirienne, complétant ainsi les deux séries jusque là parues.  Notre exemplaire est  donc cette édition elzévirienne, sur lequel il est fait mention, à la fin des onze premiers tomes « imprimé à Amsterdam, l’an 166X ».
Brunet cite bien ces deux éditions et dit de la notre qu’elle « est jolie, et elle a l’avantage d’être beaucoup moins volumineuse que celle de Paris », ce qui la rendait même plus recherchée que celle de Paris au XIX°.





Faramond, plus souvent orthographié Pharamond, est un roi mythique de la France. Il fut considéré comme le premier des rois mérovingiens dès le VII° siècle avant d’être totalement considéré comme légendaire. En effet, la première source est le Liber Historiae Francorum (VII° siècle) qui prend pour source Saint Grégoire de Tours (VI° siècle) en y ajoutant certaines informations, comme l’existence de Pharamond.
Chaque tome débute par un beau frontispice. Notre exemplaire est bien complet de ses douze frontispices. En revanche, le premier tome n’a pas sa page de titre, qui ne semble pas avoir été là à la reliure, et notre exemplaire n’est pas le seul à avoir cette particularité (voir notamment l’exemplaire Duquesne, vente en 1860, qui avait un titre manuscrit).     














Reliures pleine basane brune, dos à nerfs orné, pièce de titre maroquin rouge.
Bon état général, pièce de titre du tome 10 absente, la majorité des coiffes abîmées, fentes aux mors ne touchant pas la solidité des volumes, petits défauts usuels. Papier globalement assez frais, légère humidité sur le haut de quelques volumes (peu visible), vers bibliophile ayant traversé le tome 6 presque entièrement (texte touché uniquement sur 3 lettres), trois tomes un peu moins frais (9 à 11), quelques feuillets salis, très peu de rousseurs. Un tome a des taches qui datent d’avant la reliure (on les retrouve sur le 5e feuillet des cahiers, reportées plus ou moins sur le 4e et le 6e donc avant que les feuilles ne soient pliées).



Provenance : Richard Grosvenor  (1731-1802) avec son ex-libris aux armes « Richard Grosvenor of Eaton in Com Cheshire,  Bart ». Cet ex-libris est présent sur le contre-plat de onze volumes. Chaque volume porte aussi l’étiquette de la bibliothèque des Grosvenor, représentant une porte d’inspiration gothique avec sur le dessus le blason couronné. Cette série se trouvait donc « Case XXII n°17 ». Les Grosvenor furent baronets Grosvenor, puis barons, comtes Grosvenor, puis en 1831 marquis de Westminster et enfin duc de Westminster en 1874, sous la reine Victoria. Le duc de Westminster actuel est le descendant direct de cette lignée.



Références :
Brunet, II, 1179
Pixerécourt, 1193 (1838) ; Lammens, 4101 (1840) ; Renouard, 1953 (1854) ;
Lesbroussart, 758 (1855) ; Libri, 3288 (1857) ; Librairie Techener, 11690 (1858) ;
Duquesne, 1960 (1860) ; Van Alstein, 6535 (1863)


Exceptionnelle série d’un des romans XVII° les plus recherchés, complète et en reliure uniforme, de bonne provenance.
VENDU